L'implication sociale et la durabilité demandent beaucoup d'efforts. Or, la situation s'apprête à devenir encore plus complexe. Pour s'en sortir, il faudra faire preuve d'audace, alors voici quelques idées pour renforcer vos stratégies et survivre aux guerres culturelles.

Principaux points abordés :

  • En 2024, la stratégie Environnement, Social et Gouvernance (ESG) ne sera pas épargnée par les guerres culturelles. Si vous tenez à poursuivre vos efforts dans ce domaine, il va falloir faire preuve d'audace.
  • Les efforts environnementaux, sociétaux et de gouvernance ont une incidence positive tangible, non seulement sur les personnes et sur la planète, mais aussi sur les résultats commerciaux.
  • Pour résister au contrecoup et empêcher que vos engagements ESG ne passent au second plan, assurez-vous qu'ils soient mesurables, qu'ils disposent de ressources adéquates et qu'ils entretiennent un lien direct avec les pratiques de votre entreprise. 

Selon un article du Wall Street Journal, la stratégie Environnement, Social et Gouvernance est le nouveau « gros mot » du monde de l'entreprise américain*.

Les critiques qui entourent l'approche ESG se sont progressivement intensifiées jusqu'à devenir un violent contrecoup en 2024. Des voix se sont élevées contre ces principes, dénonçant leur inutilité en matière de rendement. Pour les opposants, il s'agit d'un « capitalisme Woke* » et de pratiques instrumentalisées par une « mafia ESG* » pour servir un « programme politique libéral secret ». 

Les initiatives en faveur de la diversité, de l'équité et de l'inclusion sont particulièrement dans la ligne de mire des guerres culturelles, avec des boycotts de marques controversés et l’interdiction de ces initiatives qui ont récemment fait la une. En conséquence, de nombreuses entreprises évitent d'employer le terme Environnement, Social et Gouvernance et prennent leurs distances avec la diversité, l'équité et l'inclusion* ainsi qu'avec les programmes de durabilité et de participation sociale. Il arrive même qu'elles abandonnent complètement ces concepts.

Alors qu'ils étaient déjà confrontés à des difficultés, les dirigeants de ce domaine vont devoir relever des défis encore plus importants. Il est de notre responsabilité de faire des choix éthiques, non seulement pour la société et l'environnement, mais aussi pour nos entreprises, nos employés et nos investisseurs. Nous ne pouvons nous laisser décourager par les vents politiques contraires, quelle que soit leur puissance. Même si d'autres cèdent à la pression, nous devons rester fidèles à nos convictions. 

En tant que vice-présidente principale de la stratégie ESG chez Indeed, je suis quotidiennement confrontée à ce sujet, mais j'ai conscience qu'il n'est pas familier à tout le monde. Très peu de gens suivent l'évolution de ces questions. Toutefois, à quelques mois des élections présidentielles aux États-Unis et face à l'intensification du mouvement anti-ESG, il sera bientôt inévitable de s'y intéresser.

Voici donc ce que vous devez savoir concernant la stratégie ESG en 2024 : la définition du concept, les facteurs du contrecoup actuel et des pistes pour tenir vos engagements, si ces efforts comptent vraiment pour vous.

Stratégie ESG : des avantages pour les personnes, la planète et les entreprises

La stratégie ESG désigne un ensemble de critères utilisés par les investisseurs pour déterminer comment le rendement est influencé par l'approche de l'entreprise en matière de durabilité et de participation sociale ainsi que par les initiatives qu'elle prend dans ces domaines. Dans le cadre de cette stratégie, la « participation sociale » regroupe les efforts de l'entreprise concernant la diversité, l'équité, l'inclusion et l'appartenance (que l'on désigne par les sigles DEIA, D&I, DI&A ou, chez Indeed, DEIA+). Ce volet peut également inclure l'utilisation responsable (ou éthique) de l'intelligence artificielle. 

Le modèle ESG diffère des autres, par exemple la responsabilité sociale d'entreprise, car il associe des initiatives pour le bien-être à des résultats commerciaux mesurables : la raison et les sentiments. Les pratiques d'embauche diversifiée sont intrinsèquement bénéfiques pour l'entreprise, car elles permettent de puiser dans le plus vaste bassin de talents possible. De plus, les consommateurs d'aujourd'hui se montrent favorables aux produits durables et éthiques*. Ils veulent que les entreprises qu'ils soutiennent représentent ces valeurs.

Les recherches démontrent que les initiatives ESG ont une incidence positive sur le rendement des entreprises*, ce qui profite à la fois à la société, à l'environnement, aux investisseurs et aux entreprises*. Ces initiatives s'avèrent également pertinentes pour les travailleurs comme pour les consommateurs. En effet, d'après une récente étude d'Ernst & Young*, 73 % des travailleurs de la génération Z et 68 % de ceux de la génération Y préfèrent les entreprises qui font passer la diversité, l'équité et l'inclusion en priorité. Une autre étude indique que pour environ 60 % des travailleurs*, la main-d'œuvre d'une entreprise doit refléter la diversité de sa communauté. 

Si l'on met de côté la rentabilité, l'adoption des engagements ESG est une décision éthique. Ces efforts ont une incidence sur la vie des personnes et aident à créer un environnement où les générations actuelles et futures peuvent s'épanouir, au travail comme en dehors. Les organisations peuvent ainsi contribuer à améliorer la vie de tout le monde sur la planète. 

La montée du mouvement anti-ESG et des controverses

Pour les opposants aux pratiques ESG, le problème principal est qu'elles ne peuvent pas être bénéfiques pour les affaires si elles le sont pour l'environnement et les personnes. Leurs paroles se sont transformées en actes. 

Plus des deux tiers des États ont proposé des lois anti-ESG en 2023*, dont la moitié ont été entérinées. Pendant la saison des procurations, le nombre de propositions d'actionnaires anti-ESG a explosé* (bien que peu aient été acceptées) et le risque de litiges liés à l'opposition à ces pratiques augmente. 

La diversité, l'équité et l'inclusion ont connu un recul particulièrement important, notamment après l'échec de la discrimination positive sur tout le territoire américain et l'abandon des programmes de diversité, d'équité et d'inclusion dans les établissements universitaires publics du Texas et de Floride. N'oublions pas non plus le boycott de la bière Bud Light après une campagne marketing centrée sur l'influenceuse transgenre Dylan Mulvaney ni les critiques contre Target après le mois de la fierté, qui ont fait diminuer les ventes de la chaîne de commerce de détail, menacé la sécurité d'emploi de son personnel et provoqué des prises de position défavorables de la part de tous les camps politiques. 

Dans ce climat instable, il est tout à fait naturel d'hésiter à prendre une mesure pour laquelle son entreprise risque de faire la une des journaux ou de servir d'exemple lors d'un débat politique, car les employés, les clients et les consommateurs perdraient confiance. De plus en plus d'entreprises suppriment complètement le terme « Environnement, Social et Gouvernance » de leur vocabulaire, cessent de communiquer sur leurs initiatives de durabilité*, changent l'image de leurs efforts en matière de diversité, d'équité et d'inclusion et font marche arrière sur l'embauche d'une main-d'œuvre plus diversifiée*. D'après les données internes, le nombre d'offres d'emploi sur Indeed liées à la diversité, à l'équité et à l'inclusion a chuté de 18 % entre décembre 2022 et janvier 2023 tandis que de nombreux responsables de la diversité choisissent de démissionner* en raison de l'épuisement professionnel et d'une ambiance désagréable dans l'entreprise. 

Dans les moments difficiles, nous discernons mieux ce qui est réel et ce qui ne l'est pas. Les dirigeants d'entreprises qui ne reconnaissent pas le lien entre la stratégie ESG et les résultats renoncent à ce qui est bon pour le monde. Ils passent à côté des enjeux et d'occasions intéressantes.

Nous qui accordons réellement de l'importance à ces principes devons poursuivre les efforts. Pour ce faire, voici trois méthodes simples qui vous aideront à maintenir vos programmes malgré l'opposition aux pratiques environnementales, sociétales et de gouvernance ou à la diversité, à l'équité et à l'inclusion. Utilisez-les aussi pour continuer à vous concentrer sur ce qui compte.

Comment renforcer les programmes ESG face aux critiques

1. Liez vos engagements ESG à votre activité

Si vos objectifs et vos engagements ESG n'existent que pour vous donner une bonne image, ils passeront au second plan en cas d'incertitude ou d'adversité. Ils peuvent seulement se révéler authentiques, viables et solides sous le feu des critiques s'ils correspondent directement à votre mission et à votre activité

Chez Indeed, nous aidons les gens à trouver un emploi. C'est pour cette raison que les quatre principes ESG sur lesquels nous nous appuyons concernent principalement la mise en relation des personnes avec un meilleur emploi pour améliorer leur vie. Ces principes sont à la base de nos engagements ESG pour 2030, axés sur un environnement plus durable et un avenir du travail plus équitable et plus inclusif. 

Principes ESG fondamentaux d'IndeedEngagements ESG d'Indeed pour 2030
Accélérer et simplifier la recherche d'emploi.Réduire le délai de recherche d'emploi de 50 %.
Éliminer les biais et les obstacles au recrutement.Aider 30 millions de personnes confrontées à des obstacles à se faire embaucher.
Limiter notre empreinte environnementale.Atteindre la carboneutralité.
Mettre en place des politiques et à des pratiques pour une équité durable.Augmenter la représentation de la main-d'œuvre d'Indeed.

En plus d'œuvrer pour la société, nos engagements sont intrinsèquement liés à nos pratiques commerciales. La stratégie Environnement, Social et Gouvernance reste donc une priorité pour notre organisation. Elle nous permet de réaliser des profits tout en nous rapprochant de notre objectif.

2. Fixez des objectifs mesurables en parallèle de vos programmes

Concentrez-vous à la fois sur les éléments importants et sur les éléments mesurables. À l'inverse de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour laquelle nous disposons de chiffres cibles fondés sur la science*, il n'existe pas de méthode standardisée et largement reconnue pour mesurer le succès de la participation sociale. Attention, même si les différents secteurs ne partagent pas de pratiques standard, ces efforts peuvent être mesurés. Libre à vous de créer des mesures de responsabilisation pour que votre organisation évalue l'incidence de vos initiatives.

Chez Indeed, nos objectifs ESG pour 2030 (par exemple, aider 30 millions de personnes confrontées à des obstacles à se faire embaucher) représentent des résultats quantitatifs, directement liés à la mission et à la technologie qui nous caractérisent. L'entre-deux n'a pas sa place : nous connaîtrons soit la réussite, soit l'échec. 

Vos récits à propos de la durabilité et de la participation sociale ne peuvent pas se fonder sur des émotions. Ils doivent être corroborés par des données. Si vous êtes en mesure de raconter les progrès mesurables que vous avez réalisés, notamment lorsque vous rendez des comptes à des décisionnaires ou à des investisseurs, vos engagements ESG ont plus de chances de rester en tête des priorités.

3. Allouez un budget aux éléments importants

Dans notre secteur, nous avons pour habitude de valoriser davantage le budget que les intentions.

Ainsi, les entreprises qui s'engagent sincèrement envers les valeurs environnementales, sociétales et de gouvernance leur attribuent un budget. Les bonnes intentions seules ne sont pas suffisantes, il faut joindre le geste à la parole. 

Les domaines visés par ces initiatives ont donc besoin des ressources adaptées pour que les programmes et les processus réussissent. Il est également nécessaire d'affecter des équipes à ces tâches. Par exemple, de nombreuses entreprises se contentent d'organiser des groupes de ressources pour les employés sans pousser davantage leurs initiatives en matière de diversité, d'équité et d'inclusion. 

Les groupes de ressources pour les employés doivent amplifier votre stratégie pour la diversité, l'équité et l'inclusion, et non constituer votre stratégie tout entière. Si vous attribuez du budget pour ces groupes uniquement, votre engagement manque de sincérité et votre entreprise ne peut pas connaître de réel changement. 

Faites preuve d'audace

L'amélioration du monde du travail n'est pas de tout repos, mais cela vaut la peine de persister. 

Si vous envisagez sérieusement de gérer votre entreprise selon des engagements ESG, il est temps de l'affirmer. Idéalement, vous n'auriez pas besoin d'en arriver là, mais dans le contexte actuel, votre silence encouragerait les autres dirigeants et organisations à faire de même, voire les découragerait de poursuivre ces engagements. 

Vous risquez de faire face à un contrecoup interne et externe, mais il en serait de même si vous n'assumiez pas votre position. Dans l'immédiat, pensez comme un dirigeant d'entreprise : de quel côté de l'histoire souhaitez-vous être?

* Article(s) en anglais