Comment faire pour devenir technicien juridique?

Mis à jour le 23 mars 2023

Le technicien juridique, parfois appelé technicien en droit, est un professionnel du droit chargé de fournir un appui à un professionnel de la justice. Il peut travailler avec un avocat, un greffier, un notaire, un juge ou encore au sein du département juridique d'une entreprise privée. Quelles compétences, qualifications et formations sont nécessaires pour accéder au poste de technicien juridique? Quel était le salaire d'un technicien juridique en 2020? Quelles sont les tâches et responsabilités quotidiennes d'un technicien en droit? Retrouvez ici toutes les informations dont vous avez besoin.Son travail est une aide précieuse pour les juristes qui, sans leurs techniciens, devraient eux-mêmes éplucher des dizaines ou des centaines de documents juridiques.
Offres d'emploi associées sur le site Indeed
Postes à temps partiel
Afficher plus d'offres sur Indeed

Comment devenir technicien juridique?

Généralement, pour devenir technicien juridique, il faut obtenir un diplôme d'études collégiales (DEC) en techniques juridiques. Toutefois, certains employeurs ne l'exigent pas et forment eux-mêmes leurs techniciens.

Le DEC en technique juridique

La technique juridique se déroule sur trois ans et comprend un stage à temps complet de quinze semaines consécutives en milieu juridique (cabinet d'avocat, service juridique d'une entreprise, organisation syndicale, etc.). De nombreux cégeps au Québec offrent ce diplôme. C'est un programme souvent contingenté. Il faut donc avoir une certaine moyenne générale pour accéder à ces études. Cette moyenne minimum diffèrera d'un établissement à l'autre.Ailleurs au Canada, bien qu'il y n'y ait pas de cégep en tant que tel, la formation demandée pour être technicien juridique est généralement similaire.

Vers des études en droit

Il n'est pas nécessaire de faire un baccalauréat en droit pour être technicien juridique, tout comme il n'est pas nécessaire de passer par la technique juridique avant de faire un cursus universitaire en droit. Toutefois, faire une technique juridique permet de travailler comme technicien en droit pendant ses études universitaires et d'accumuler de l'expérience qui peut faire la différence une fois sur le marché du travail. Un technicien en droit qui veut devenir avocat ou notaire devra toutefois compléter un baccalauréat en droit avant de passer l'examen du barreau ou de l'ordre des notaires.

Perspectives d'emplois comme technicien juridique

La perspective d'emploi pour les techniciens juridiques est généralement favorable au Québec. En effet, plusieurs secteurs ont besoin de techniciens juridiques, que ce soit dans des cabinets d'avocat privé, au gouvernement ou pour assister les avocats d'une entreprise privée. Les taux de placements déclarés par les institutions d'enseignement collégial varient légèrement, mais se situent tous près d'un taux de 90 %.À lire également : Lettre de motivation pour cabinet d'avocat

Quel est le salaire d'un technicien juridique au Québec?

Selon les données d'Indeed sur les salaires, le salaire moyen pour un technicien juridique ou une technicienne juridique au Québec en 2020 était de 55 300 $ par an. Les salaires sont fournis à titre indicatif uniquement. Ils peuvent varier en fonction du poste réel, de l'entreprise, du niveau d'expérience requis et du lieu.

Les tâches et responsabilités d'un technicien juridique

Un technicien juridique offre un travail de soutien aux avocats, notaires, huissiers, ou tout autre type de juristes. Toutefois, son travail est différent de celui d'un assistant juridique ou d'un secrétaire juridique. Ces tâches précises changeront beaucoup selon l'employeur. En effet, s'il travaille au sein d'un grand cabinet d'avocat, avec plusieurs autres techniciens, il sera peut-être appelé à ne faire que quelques tâches précises. Dans un petit cabinet, il y a plus de chance qu'il fasse un peu de tout.

Recherche

Une des tâches les plus courantes des techniciens juridiques est la recherche. Ils chercheront à travers des règlements, des lois, des livres de droits, des registres ou tout autre document du même type. Ils feront également la recherche de la jurisprudence entourant le cas sur lequel ils travaillent. Ils créeront ainsi des dossiers complets afin d'appuyer le travail du juriste. Ces tâches demandent une bonne compréhension des lois et de leur interprétation.

Rédaction

Un technicien juridique sera appelé à rédiger plusieurs documents, selon le contexte dans lequel il travaille. Il pourrait, par exemple, rédiger la première ébauche d'un texte de loi qu'un avocat complètera et validera par la suite. Il peut également préparer des résumés de cas, des plaintes ou tout autre document écrit. Le plus souvent, il sera chargé de la première version d'un document. Le juriste qui l'emploie s'occupera de la version finale. Pour un avocat, il pourrait rédiger des résumés de jugements, alors que pour un huissier, il pourrait rédiger des préavis d'expulsion.

Tâches administratives

Dans une certaine mesure, un technicien juridique peut également accomplir des tâches de nature administrative comme la prise de rendez-vous, l'organisation de dossier et le classement de document. S'il travaille dans un petit cabinet d'avocat, il est possible qu'il assiste le secrétaire juridique dans ses tâches. Il peut également faire prêter serment et recevoir les déclarations sous serment. Chez un notaire, il pourrait faire la mise à jour des registres des procès-verbaux. Avec un huissier, il pourrait être chargé de faire la tenue de la comptabilité en fidéicommis.

Les limites du travail de technicien juridique

Attention, un technicien juridique ne peut, en aucun cas, donner des conseils juridiques! Il appuie un juriste et peut donner son avis à ce dernier en se basant sur ses recherches. Toutefois, il n'a pas le droit de représenter quelqu'un à la cour ou de conseiller directement un client. D'ailleurs, l'association des parajuristes du Canada), dans leur code de déontologie, indique clairement qu'un technicien juridique ne peut travailler que sous la supervision d'un juriste. Il ne lui est donc pas permis de travailler à son compte. Il doit également toujours annoncer son statut de technicien et non pas de juriste en soi.Ils peuvent prendre en charge certaines procédures légales simples, mais ce sera toujours sous la supervision d'un juriste.Article connexe : Comment devenir huissier de justice?

Quelles sont les compétences nécessaires pour être conseiller juridique?

Si vous souhaitez devenir technicien juridique, voici quelques compétences clés à posséder. Entre sens de l'organisation, facilité pour la communication et forte connaissance du droit, le métier exige une certaine polyvalence et une grande disponibilité.

Être organisé

Le technicien juridique est appelé à créer des dossiers qui doivent être véritablement utiles au juriste. Pour ce faire, il doit avoir un très bon sens de l'organisation afin de pouvoir facilement retrouver l'information incluse dans chaque dossier. Il doit pouvoir facilement classer et hiérarchiser des documents juridiques. Comme il peut être appelé à accomplir des tâches très diversifiées et parfois urgentes, il doit pouvoir bien s'organiser lui-même. D'une certaine façon, il assiste le juriste et doit donc être encore plus organisé que ce dernier.

Savoir bien communiquer

Le métier exige d'être à l'aise pour communiquer, que ce soit à l'écrit ou à l'oral. Le technicien doit pouvoir résumer et facilement vulgariser des textes de loi complexes. Le niveau de français doit être impeccable, car la rédaction d'un rapport, d'un document ou d'un courriel affectera la crédibilité de l'employeur qui emploie le technicien juridique. Selon son milieu de travail, il pourra entrer en contact avec divers individus. Il doit donc pouvoir adapter son style de communication tout en demeurant professionnel.

Être rigoureux

La recherche dans des documents juridiques peut être fastidieuse! Pourtant, elle ne doit pas être prise à la légère. Le technicien juridique doit bien vérifier ses sources et s'assurer de leur fiabilité. Il doit également s'assurer d'aller bien en détail dans chacun des documents qu'il consulte. Il en va de même avec la rédaction; il ne peut pas se contenter d'utiliser des synonymes plus ou moins précis. Il doit s'assurer que ce qu'il écrit est juridiquement conforme. Son travail doit être fait avec parcimonie.

Faire preuve de discrétion

Comme le technicien juridique est appelé à consulter des documents et à traiter des informations confidentielles, il doit savoir faire part de discrétion. Il ne peut pas, le soir venu, discuter des détails confidentiels d'un dossier avec ses amis ou sa famille. C'est une faute grave en matière de déontologie que de divulguer des informations sensibles. Le faire peut également mettre en péril le travail de son employeur. Sa loyauté à son employeur est également importante.

Bonne capacité d'analyse

Un technicien juridique doit bien savoir analyser les documents qu'ils consultent. Il doit très bien connaître la loi et savoir identifier les informations les plus pertinentes pour le dossier sur lequel il travaille.

Être autonome

Comme son travail est d'appuyer un juriste, un technicien juridique doit pouvoir travailler de façon autonome. S'il a sans cesse besoin de l'aide de son supérieur, il ne sera pas véritablement utile. Il doit aussi savoir bien gérer son stress et faire preuve de diplomatie.À lire également :
Partager :
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Adresse courriel
Cet article vous a-t-il été utile?

Découvrir d'autres articles