Comment devenir chroniqueuse ou chroniqueur au Québec?

Mis à jour le 18 août 2023

Le métier de chroniqueuse ou chroniqueur occupe une place de plus en plus importante dans le paysage médiatique au Québec. La chronique, qui permet à son auteure ou auteur d'exprimer son opinion, est très populaire autant à la radio que dans les journaux et sur le Web. Notre article vous explique comment devenir chroniqueuse ou chroniqueur, les études et les qualités requises pour occuper ce poste et bien plus encore.Veuillez noter qu'aucune des sociétés, institutions ou organisations mentionnées dans cet article n'est affiliée à Indeed.
Offres d'emploi associées sur le site Indeed
Postes à temps partiel
Afficher plus d'offres sur Indeed

Qu'est-ce qu'une chroniqueuse ou un chroniqueur?

Il est parfois difficile pour le grand public de faire la distinction entre journaliste, chroniqueur, critique et éditorialiste. Pourtant, chacun a ses distinctions et sert un but bien précis.
  • Journaliste : La ou le journaliste a pour mission de recueillir de l'information et de rédiger un texte qui sera objectif. La ou le journaliste ne prendra pas position puisque son texte est fondé sur des faits, sur un événement ou un sujet précis. Pour ce faire, elle ou il s'assurera de répondre aux cinq questions qui sont souvent décrites comme le fondement du travail journalistique (qui, quoi, où, quand, pourquoi).
  • Chroniqueur : La chroniqueuse ou le chroniqueur a une liberté beaucoup plus grande que la ou le journaliste, puisqu'elle ou il peut se permettre de prendre position et de partager son opinion. La chroniqueuse ou le chroniqueur peut écrire à la première personne et partager son opinion, bien qu'il faille garder en tout temps une rigueur journalistique et fonder ses prises de position sur les faits.
  • Critique : De son côté, la ou le critique concentre ses efforts sur le compte-rendu et son appréciation d'un spectacle, d'un livre, d'un restaurant ou d'un film pour ne nommer que quelques exemples.
  • Éditorialiste : À travers ses textes, l'éditorialiste prend aussi position, comme la chroniqueuse ou le chroniqueur, mais en s'assurant de respecter la vision et la ligne éditoriale de son entreprise. Bien qu'elle ou qu'il parle au nom d'une entité, la prise de position de l'éditorialiste ne représente pas les valeurs ou la pensée des journalistes et des chroniqueuses et des chroniqueurs qui font partie de la même équipe.

Quelles sont les qualités requises pour devenir chroniqueuse ou chroniqueur?

Afin de prendre sa place dans le paysage médiatique québécois et de devenir un chroniqueur respecté, il est nécessaire de posséder certaines qualités.
  • Faire preuve de pensée critique : En basant son travail sur les faits, il faut savoir faire preuve de pensée critique et être en mesure d'analyser une information de manière objective.
  • Faire preuve de rigueur : Parce qu'il ne faut pas se permettre de prendre à la légère les informations qui se trouvent devant soi pour fonder son opinion, la chroniqueuse ou le chroniqueur doit faire preuve de rigueur et être en mesure d'analyser et de valider les faits qui lui sont présentés avant de prendre position sur un sujet.
  • Détenir de bonnes aptitudes communicationnelles : Travaillant pour un média écrit ou parlé, la chroniqueuse ou le chroniqueur se doit de posséder de bonnes aptitudes en communication. D'abord pour livrer son travail, qu'il soit sous forme de texte (dans un journal ou sur le Web), ou qu'il soit à l'oral (à la télévision ou à la radio). Il faut aussi être un bon communicateur afin de faire ses recherches et s'entretenir avec des sources qui lui transmettront l'information dont elle ou il a besoin.
  • Avoir une maîtrise parfaite de la langue française : Bien que son contenu soit révisé avant d'être présenté au grand public, la chroniqueuse ou le chroniqueur se doit de maîtriser la langue française. En plus de son travail, il est possible d'être parfois appelé à réagir rapidement à un événement sur les médias sociaux ou lors d'entrevues à la télévision ou à la radio. Il faut donc avoir un français irréprochable afin de garder une bonne crédibilité auprès du public.

Quelles sont les formations à suivre?

Bien qu'aucune formation ne soit requise pour devenir chroniqueuse ou chroniqueur, une grande majorité est issue du milieu journalistique. Alors qu'aucun diplôme n'est nécessaire pour devenir journaliste, il est tout de même possible de suivre une formation collégiale ou universitaire en journalisme ou en communication afin d'acquérir les compétences nécessaires à l'exercice de cette profession.Voici les établissements qui offrent ces formations au Québec :Comme aucune formation n'est obligatoire pour devenir chroniqueuse ou chroniqueur, il est aussi possible de suivre un programme général et d'y ajouter des cours de journalisme. C'est le chemin que plusieurs choisissent d'emprunter en se tournant vers des études en politique, en lettres ou dans un domaine qui leur permettra de se spécialiser et ainsi devenir une référence dans le milieu journalistique.

Comment devenir chroniqueuse ou chroniqueur?

Il est possible de devenir chroniqueuse ou chroniqueur au Québec sans avoir une expérience concrète en tant que journaliste ou détenir un diplôme en journalisme. Par contre, il existe quelques atouts qui facilitent l'accès à cette profession, avec une formation ou non.
  • Prendre de l'expérience : Que vous rêviez de devenir chroniqueuse ou chroniqueur dans un journal renommé ou dans une station de télévision écoutée par des centaines de milliers de personnes tous les jours, acquérir de l'expérience est souvent la meilleure façon de gagner en confiance et de se faire remarquer. N'hésitez pas à débuter au bas de l'échelle, dans les stations communautaires, les radios universitaires ou les journaux indépendants.
  • Produire du contenu : Il existe plusieurs façons de prendre de l'expérience, mais même si aucune porte ne s'ouvre à vous, produire du contenu sur une base régulière vous permettra de vous bâtir un porte-folio et de montrer de quoi vous êtes capable. Que ce soit pour un site Web ou un balado, c'est en vous mettant à l'œuvre que vous arriverez à vous rapprocher de votre but.
  • Dévorer l'actualité : Que vous vouliez vous spécialiser dans la culture, le sport ou la politique, assurez-vous de bien connaître votre champ d'expertise. Dévorez les publications et tenez-vous au courant de tous les changements qui peuvent survenir à tout moment.
  • Mettez à profit vos contacts : Comme dans plusieurs domaines, un réseau et de bons contacts sont importants lorsqu'on désire devenir une chroniqueuse ou un chroniqueur. Assurez-vous de garder votre liste de contact à jour et n'hésitez pas à faire connaître votre nouveau projet à votre entourage. Les contacts sont parfois plus près de nous qu'on ne pourrait le croire.
  • Sortez de votre zone de confort : Plusieurs chroniqueuses ou chroniqueurs travaillent aussi à titre de journalistes, éditorialistes ou commentateurs. Il est de plus en plus répandu, lorsqu'on travaille pour un média au Québec, de porter plusieurs chapeaux et de pratiquer son métier en remplissant différents mandats.
N'hésitez donc pas à sortir de votre zone de confort et à explorer de nouvelles avenues qui pourraient vous ouvrir des portes.À lire également : Comment devenir reporter de guerre au Québec?Découvrez dès maintenant les emplois disponibles pour les chroniqueuses et chroniqueurs sur Indeed.
Partager :
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Adresse courriel
Cet article vous a-t-il été utile?

Découvrir d'autres articles