Rémunération et salaire

Comment déchiffrer un talon de paie

May 12, 2021

À chaque versement de votre salaire, vous recevez un bulletin de paie, ou talon de paie. Ce document est essentiel pour vos archives et votre comptabilité, et peut vous servir lors de la location pour un appartement par exemple.

Malgré son importance, ce document demeure mal compris par de nombreux salariés. Pourtant, comprendre chaque élément de votre talon de paie vous permet de vous assurer que vous êtes payé pour chaque heure travaillée, et qu'aucune erreur ne s'est glissée dans les retenues à la source.

Quels renseignements se retrouvent sur un talon de paie?

Le talon de paie est composé de plusieurs informations importantes. En voici la liste simplifiée, avant d'entrer dans les détails :

  • les informations de l'employeur;
  • les informations du salarié;
  • la période de paie;
  • le nombre d'heures travaillées et leur taux;
  • le nombre d'heures supplémentaires travaillées ou compensées par un congé, et leur taux;
  • le salaire brut;
  • le salaire net;
  • la nature et le montant des primes, indemnités, allocations et commissions;
  • la nature et le montant des déductions.

Comment se présente un talon de paie?

Votre talon de paie se divise en plusieurs sections. Comme la présentation d'un talon de paie peut différer d'un employeur à l'autre, nous vous invitons à prendre votre dernier talon de paie et à l'utiliser pour comprendre les explications suivantes.

Section identification

Votre relevé de paie commence par une partie dédiée aux informations de l'employeur et de l'employé.

Elle comporte :

  • Le nom de l'entreprise, son numéro d'entreprise, son adresse
  • Le nom de l'employé, son numéro d'employé, son adresse, l'emploi occupé
  • La période de paie, la date de versement
  • Le montant net versé

Remarque : Veillez à l'exactitude de ces informations. Si l'une d'elles est erronée, cela signifie que l'entreprise n'a pas bien rentré vos données dans ses fichiers, et cela pourrait poser problème à l'avenir.

Section gains

La section des gains présente les montants qui vous sont octroyés. Voici les renseignements qui s'y retrouvent :

  • le taux horaire;
  • le nombre d'heures travaillées;
  • le nombre d'heures supplémentaires payées, accompagnées de leur taux s'il y a lieu;
  • la nature et le montant des sommes qui s'ajoutent à votre salaire (primes, indemnités, allocations, commissions);
  • le montant de votre salaire pour la période de paie;
  • le salaire brut accumulé depuis le début de l'année;
  • le montant de vacances accumulé.

Remarque : Assurez-vous que le nombre d'heures indiqué correspond aux heures réellement travaillées. Les comptables peuvent faire des oublis ou des fautes de frappe. Si toutefois vous vous apercevez que ces oublis sont répétés et intentionnels, tentez d'en discuter avec un supérieur ou avec votre employeur. Si ce dernier n'est pas réceptif, vous pouvez vous adresser à la CNESST qui saura vous épauler.

L'outil monCalcul vous permet d'estimer différents montants qui peuvent vous être dus, dont ceux liés aux vacances, au salaire et aux heures supplémentaires, aux indemnités accordées pour les jours fériés, au congé de maladie ou au congé pour obligations familiales.

Section déductions

Cette section répertorie toutes les retenues effectuées sur votre salaire : c'est la différence entre votre salaire brut et net.

Les déductions obligatoires

Au Québec, certaines de ces retenues sont obligatoires, telles que :

  • L'assurance-emploi : elle permet aux travailleurs qui perdent leur emploi de recevoir des prestations, le temps de retrouver du travail.
  • Le RRQ (Régime des rentes du Québec) : il offre une protection financière aux travailleurs au moment de la retraite ou en cas d'invalidité. À la suite du décès d'un cotisant, le RRQ peut octroyer un revenu de base pour le conjoint du défunt, une rente d'orphelin ainsi qu'une prestation pour la succession.
  • Le RQAP (Régime québécois d'assurance parentale) : il alloue une aide financière aux travailleurs qui souhaitent obtenir un congé de maternité, de paternité ou pour adoption.
  • Les impôts fédéral et provincial : deux impôts sur le revenu dont les taux sont fixés à l'échelle fédérale et provinciale. Les montants retenus à la source contribuent à payer l'impôt que vous allez devoir au gouvernement à la fin de l'année fiscale.

Les déductions liées à l'entreprise

Certaines retenues à la source inscrites sur votre talon de paie dépendent de l'entreprise pour laquelle vous travaillez, telles que :

  • L'assurance collective : la portée de la protection offerte varie d'une entreprise à l'autre et est payée en partie par l'employeur. Vous pouvez en être exempté si vous avez déjà une assurance. Sur votre fiche de salaire, elle est parfois détaillée (assurance dentaire, assurance vie…).
  • L'adhésion syndicale : si vous êtes syndiqué, votre cotisation est prélevée à la source, à même votre rémunération.
  • Les régimes d'épargne enregistrés : les employeurs peuvent offrir de contribuer à un certain pourcentage à des véhicules d'épargne tels que le RVER, le CELI ou le REER. Le montant représentant votre part de la contribution est prélevé de votre salaire.

À ces cotisations peuvent s'ajouter d'autres sommes qui dépendent de votre entreprise : par exemple, vous payez peut-être un forfait stationnement, ou une cotisation pour le club social.

Autres acronymes

D'autres acronymes peuvent figurer sur votre talon de paie. En voici quelques-uns :

  • CNESST (Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail) : cette assurance vous protège en cas d'accident du travail. Elle est payée par votre employeur (sauf pour les travailleurs indépendants), et doit donc apparaître dans la section “Gains”.
  • RPA (Régime de pension agréé) : il s'agit d'un régime de retraite offert par votre employeur ou votre syndicat. Le nom peut varier selon le régime de pension auquel vous contribuez. Il est dans la section “Déductions”.
  • RPDP (Régime de participation différée aux bénéfices) : c'est la somme non imposable que votre employeur peut vous verser afin de partager les bénéfices de l'entreprise. Le RPDP se trouve dans la section “Gains”.

Si vous avez des questions sur quelque détail de votre bulletin de paie, n'hésitez pas à solliciter votre employeur.

Quand reçoit-on un talon de paie?

Votre employeur est obligé de vous remettre votre talon de paie au même moment qu'il vous verse votre salaire. Dans la plupart des cas, vous devriez le recevoir de façon hebdomadaire ou bimensuelle, selon votre période de paie.

Il se peut que votre employeur oublie simplement de vous le remettre. Dans cette situation, rappelez-lui poliment qu'il doit vous remettre votre talon de paie le même jour où il vous verse votre salaire.

En contrepartie, il se peut que ce soit vous qui aviez perdu un ou plusieurs de vos talons de paie. Dans ce cas, n'hésitez pas à communiquer avec votre employeur pour lui demander de vous faire parvenir de nouveaux talons de paie.

Les erreurs sur un talon de paie

Des erreurs peuvent se glisser dans vos talons de paie. De là l'importance de comprendre son bulletin de paie pour pouvoir le vérifier à chaque période. Si vous décelez une erreur dans votre talon de paie, vérifiez bien qu'elle est réelle avant d'en faire part à votre employeur. Si l'erreur est avérée, voici comment gérer la situation.

Noter vos heures travaillées

La Commission des Normes du Travail, rattachée à la CNESST, a mis en place une application dénommée “Ma Paie”. Cet outil vous permet de consigner vos heures au fur et à mesure que vous les travaillez, et ainsi de conserver un suivi et une preuve des heures travaillées à chaque période de paie. Notez qu'après 40 heures de travail hebdomadaire, on considère que vous avez fait des heures supplémentaires: vous devriez être payé à taux et demi, c'est-à-dire à 50 % de plus que votre taux horaire habituel.

Si vous êtes plus à l'aise à l'écrit, vous pouvez aussi vous munir d'un carnet dans lequel vous notez vos heures.

Rester courtois et communiquer

Si votre salaire ne correspond pas aux heures que vous avez travaillées, il est normal que vous soyez un peu contrarié. Cependant, la plupart du temps, il s'agit d'une simple erreur d'inattention dans la comptabilité.

Parlez-en à votre employeur dans des délais raisonnables, idéalement avant le versement de votre prochain salaire, et convenez d'un arrangement. De même, si le salaire perçu est trop élevé, votre employeur peut vous demander un remboursement.

Avoir recours à la CNESST

Si vous ne parvenez pas à régler le litige à l'amiable, vous pouvez déposer une plainte à la Commission des normes du travail. Notez que vous avez un an pour entamer la démarche. Si la Commission considère votre plainte comme justifiée, elle ouvrira une enquête et offrira des moyens de médiation entre les deux parties afin de régler la situation.

Si les deux parties n'arrivent pas à s'entendre lors d'une médiation, la CNESST s'occupe de vous fournir un avocat qui pourra défendre votre cause devant un tribunal administratif.

En lien avec ce sujet

Afficher plus 

Tout savoir sur le taux horaire

Que vous soyez employé salarié ou travailleur autonome, apprenez tout ce qu’il y a à savoir sur le taux horaire et comment estimer un taux horaire net.

12 conseils pour négocier son salaire

Négocier son salaire n’est pas si difficile. Préparez votre argumentaire, usez de vos capacités de persuasion : voici 12 conseils pour négocier votre salaire.