Combien gagne un interprète?

Mis à jour le 17 octobre 2023

Combien gagne un interprète? Ce métier, déjà très connu, est un incontournable dans divers secteurs d'activité, comme les entreprises multinationales et les organisations internationales, le gouvernement, les cours de justice, mais aussi les services sociaux. En fait, il existe différentes catégories d'interprète : l'interprète pour entreprises, l'interprète de liaison, l'interprète diplomatique, l'interprète d'accompagnement, l'interprète de conférence et l'interprète judiciaire. Toutefois, au Québec et au Canada, on les classe uniquement en deux catégories, soit les interprètes de conférence et judiciaires.Une dernière catégorie, à part entière, se trouve être l'interprète en langue des signes québécoise, qu'on appelle aussi interprète LSQ. Mais, alors ont-ils tous le même niveau de salaire? C'est ce que nous verrons dans cet article!
Offres d'emploi associées sur le site Indeed
Postes à temps partiel
Afficher plus d'offres sur Indeed

Les différentes catégories d'interprétation

Le taux horaire des interprètes pourrait être différent d'une catégorie à l'autre. En effet, les études, les exigences, le niveau de connaissance, les conditions de travail, etc., ne sont pas identiques d'une catégorie à l'autre. Pourtant, les données que nous avons pu trouver sur les sites gouvernementaux ne les distinguent pas. Voyons quand même ce qui différencie ces trois grandes catégories d'interprétations et qui pourrait influer sur le salaire des interprètes.

L'interprète de conférence

L'interprète de conférence est la personne qui transpose oralement, et le plus fidèlement possible, les propos communiqués lors de discours, de réunions, de conférences et de débats dans une langue vers une autre. À la demande, il peut appliquer deux techniques d'interprétation de conférence : la consécutive, qui permet une communication bidirectionnelle, ou la simultanée, qui permet une communication unidirectionnelle.

Formation

L'interprète de conférence doit détenir au minimum un baccalauréat en langue, linguistique, traduction ou autres, mais le plus souvent, c'est la maîtrise qui est requise.Par ailleurs, pour pouvoir exercer à titre d'interprète agréé, le candidat doit également détenir un diplôme issu d'un programme d'études en interprétation. Ce type de programme n'est pas offert dans les établissements d'enseignement du Québec. Il est, en revanche, disponible à l'École de traduction et d'interprétation de l'Université d'Ottawa ou dans d'autres universités ou écoles dans le monde. Enfin, le candidat doit réussir l'examen d'agrément de l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec et en devenir membre.

Compétences et aptitudes

L'interprète doit détenir une excellente culture générale. Il doit également maîtriser les sujets sur lesquels il intervient et faire preuve de tact et de souplesse. D'ailleurs, ces sujets sont parfois hautement confidentiels, comme ceux sur les décisions politiques, militaires, etc., et l'interprète doit respecter le secret professionnel. De plus, l'interprète doit avoir une bonne tolérance au stress et être capable de bien mémoriser des éléments. Il a une bonne capacité de concentration et une voix agréable.

Conditions de travail

L'interprète de conférence peut travailler dans des cabinets ou des services internes de traduction et d'interprétation, de grandes entreprises, des entreprises internationales ou encore des médias. Il peut être salarié ou indépendant. Dans ce dernier cas, son horaire de travail est souvent irrégulier. L'interprète peut être mené à voyager régulièrement.Le niveau élevé de formation de l'interprète de conférence, ses hautes compétences et aptitudes, et ses conditions de travail sont des éléments qui nous permettent de croire que son salaire peut être très enviable.

L'interprète judiciaire

L'interprète judiciaire est la personne qui transpose oralement, et le plus fidèlement possible, les propos communiqués dans un tribunal dans une langue vers une autre. Son rôle est important, car il permet de faire valoir les droits d'une personne, peu importe sa langue. D'ailleurs, selon la Charte canadienne des droits et libertés, toute personne avec des besoins a droit à l'assistance d'un interprète.

Formation

L'interprète judiciaire doit détenir au minimum un diplôme d'études collégiales. Le plus souvent, il détient un baccalauréat en langue ou en traduction. S'il souhaite devenir interprète agréé, il peut suivre le parcours proposé ci-dessus (à la section Formation pour l'interprète de conférence). L'interprète judiciaire n'est pas obligé de suivre une formation en droit. En revanche, il doit passer un examen auprès du Service d'interprétation et de traduction judiciaire et être inscrit dans sa banque d'interprètes.

Compétences et aptitudes

Tout comme l'interprète de conférence, l'interprète judiciaire doit avoir une bonne tolérance au stress et une bonne capacité de concentration. Il doit également être rigoureux, précis et maître en art oratoire, puisqu'il doit pouvoir s'exprimer en public, devant des juges, des avocats, des témoins et des jurys.

Conditions de travail

L'interprète judiciaire travaille à son compte et dispose d'un horaire irrégulier et imprévisible. Pigiste, il est souvent engagé pour une journée ou une demi-journée par le palais de justice ou un bureau d'avocats.Le salaire de l'interprète judiciaire dépend surtout du nombre de contrats qu'il pourra décrocher. Selon Educaloi, l'interprète judiciaire ne pourrait compter sur ce seul métier pour subvenir à ses besoins. Habituellement, il effectue aussi des contrats de traduction écrite ou travaille comme interprète de conférence. Ainsi, cela nous indique que son salaire est beaucoup moins élevé que celui de l'interprète de conférence.Articles connexes : 

Les interprètes en langue des signes

L'interprète en langue des signes est la personne qui exprime en langue des signes les propos tenus à l'oral lors de réunions, de dialogues, d'émissions télévisées ou autres et vice-versa. Il intervient donc le plus souvent auprès de personnes sourdes ou malentendantes.

Formation

Pour devenir interprète en langue des signes, il faut détenir une Majeure en interprétation français-langue des signes québécoise offerte à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Pour pouvoir être admis à ce programme, le candidat ou la candidate doit au préalable posséder une maîtrise de la LSQ. Idéalement, il peut compléter au préalable l'attestation d'études collégiales en Communication et études sourdes au Cégep du Vieux Montréal, qui comprend des cours de LSQ. Il est à noter que plusieurs formations à la LSQ sont disponibles dans différents établissements, notamment à l'Institut Raymond-Dewar, le Centre signes d'espoir, la Fondation des sourds de Québec ou encore des centres intégrés de santé et de services sociaux.

Compétences et aptitudes

L'interprète en langue des signes doit avoir une très bonne culture générale. Au-delà de ses connaissances, il doit surtout avoir un bon sens de l'éthique, savoir respecter le secret professionnel et posséder une grande capacité d'adaptation. En effet, il est appelé à travailler dans divers milieux avec des personnes qui ont des besoins particuliers. L'interprète en langue des signes est parfaitement bilingue et il doit connaître les cultures des personnes auprès desquelles il intervient.

Conditions de travail

L'interprète en langue des signes peut être salarié dans un établissement d'enseignement, un cabinet d'interprétation, un établissement de santé et services sociaux, la cour de justice, les services gouvernementaux et les stations de télévision. Il peut aussi être travailleur autonome.Le salaire du travailleur autonome interprète en langue des signes ne semble pas facile à évaluer, puisque tout dépend des spécificités de ses contrats (nombre d'heures, tarif horaire, etc.). Toutefois, en tant que salarié, il est possible d'obtenir certaines informations.

Le salaire des interprètes

Il n'est pas aisé de traiter la question des salaires en différenciant les catégories d'interprétations. En effet, les données les plus précises disponibles en ligne ne font aucune distinction entre les catégories d'interprétation. De plus, ces données regroupent les informations par classification nationale des professions, soit dans ce cas, pour les traducteurs, terminologues et interprètes.Ainsi, selon le site de Québec Emploi, les traducteurs, terminologues et interprètes gagnent habituellement entre 19,23 $ CA/heure et 43,27 $ CA/heure, dans toute la province du Québec et principalement, dans la Capitale-Nationale, la Chaudière-Appalaches, l'Estrie, Laval, Montréal et la Montérégie. C'est en Outaouais que le salaire est le plus élevé, puisqu'il atteint 74 000 $ CA par année.Étant donné qu'elles comprennent les traducteurs et les terminologues, ces données sont peu pertinentes. Toutefois, cela nous permet de faire des liens avec les caractéristiques des différentes catégories d'interprètes. Par exemple, on pourrait conclure que l'interprète de conférence gagne un salaire plus important que l'interprète judiciaire et l'interprète en langue de signe, donc un salaire qui pourrait se rapprocher des 43,27 $ CA/heure. L'interprète judiciaire semble disposer d'un salaire très bas, surtout en raison du nombre de contrats qu'il a et du fait qu'il ne puisse faire affaire qu'avec le palais de justice ou un cabinet d'avocat. L'interprète en langue de signes, semble, quant à lui, avoir un salaire plutôt moyen, car, contrairement à l'interprète judiciaire, il peut être employé ou avoir des contrats provenant de différents organismes.Si le métier d'interprète vous intéresse et que vous cherchez à vous réorienter ou à trouver un poste, consultez l’article Comment réussir sa réorientation de carrière.À lire également : Quel est le salaire d'un traducteur?Les salaires énoncés reflètent les informations sur la rémunération au moment de la rédaction. Ces informations peuvent varier en fonction de l'organisation qui recrute ainsi que de l'expérience, de la formation et du lieu de résidence du candidat.Veuillez noter qu'aucune des sociétés, institutions ou organisations mentionnées dans cet article n'est affiliée à Indeed.
Partager :
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Adresse courriel
Cet article vous a-t-il été utile?

Découvrir d'autres articles