Combien gagne un fiscaliste?

Mis à jour le 9 juillet 2022

Pour être en mesure de déterminer avec précision combien gagne un fiscaliste, il faut d'abord dresser le portrait de sa situation professionnelle. Ce spécialiste des finances, de la comptabilité et plus particulièrement, des impôts sur le revenu joue un rôle majeur en ce qui a trait aux déclarations et aux placements de ses clients. Son objectif étant de maximiser le rendement des investissements de sa clientèle, le fiscaliste est un acteur clé de l'administration financière d'une entreprise ou d'un particulier.Dans cet article, nous verrons en quoi consiste la rémunération d'un fiscaliste, quels sont les points à considérer afin d'établir le salaire de ce dernier et comment s'expliquent les écarts de revenus entre les différents fiscalistes qui exercent dans la province.
Offres d'emploi associées sur le site Indeed
Postes à temps partiel
Afficher plus d'offres sur Indeed

Le métier de fiscaliste

Comme spécialiste des finances et de la comptabilité, le fiscaliste a pour mandat de faire fructifier l'argent de ses clients grâce à des investissements dans différents régimes d'épargne. Par la même occasion, le fiscaliste met en place les conditions idéales pour que les montants associés aux redevances, c'est-à-dire, aux impôts, soient le plus bas possible.Déclarations de revenus, comptabilité et planification financière font partie des tâches quotidiennes du fiscaliste.

Le revenu d'un fiscaliste

Le salaire annuel moyen pour le métier de fiscaliste au Québec est de presque 70 000 $ CA. Cette estimation salariale s'appuie sur les différentes offres d'emploi ayant été publiées sur le site d'Indeed, de même que sur les déclarations de revenus ayant été transmises par des utilisateurs.Puisqu'il s'agit d'une moyenne obtenue à partir de plusieurs données, telles que les années d'expérience, la spécialité et l'employeur, le salaire annuel vous étant proposé comme fiscaliste peut être à la fois inférieur ou supérieur à celui-ci. Au Canada, il varie également selon la province.

L'expérience professionnelle du fiscaliste

Le nombre d'heures au compteur de ce professionnel des finances est sans contredit un facteur d'influence majeur quant à son revenu. En effet, plus le fiscaliste travaille dans le domaine depuis longtemps, plus variées et solides sont ses compétences et ses connaissances. Son expertise prenant de l'ampleur au fil des ans, il va de soi que la rémunération dont il bénéficie soit majorée.Ainsi, un fiscaliste ayant fait ses preuves et possédant, par exemple, plus de 10 années d'expérience accédera à des postes plus intéressants ainsi qu'à des rémunérations plus élevées.

Le parcours de formation du fiscaliste

Pour devenir fiscaliste, il faut d'abord poursuivre des études universitaires par le biais d'un programme de premier cycle propre au domaine des finances. Par la suite, trois options s'offrent aux étudiants : le diplôme d'études supérieures spécialisées en fiscalité, la maîtrise en droit, profil fiscalité, ou encore le cours fondamental d'impôt.Selon le parcours de formation du fiscaliste, son champ d'expertise ne couvrira pas nécessairement des aspects identiques de la fiscalité. Les domaines dans lesquels le fiscaliste se spécialise constituent donc un facteur pouvant faire fluctuer la rémunération qu'on lui offre.

Le DESS en fiscalité

Le diplôme d'études supérieures spécialisées en fiscalité correspond à une formation de deuxième cycle universitaire. Jurisprudence, comptabilité, aspects économiques et administratifs de la fiscalité, droit fiscal et règles fiscales composent les grandes lignes de ce programme de 30 crédits. À la fin de son parcours, l'étudiant aura développé ses connaissances de la Loi de l'impôt sur le revenu du Canada ainsi que de la Loi sur les impôts du Québec.

La maîtrise en droit-fiscalité

La maîtrise en droit, option fiscalité, traite de façon approfondie, à travers ses 45 crédits, des sujets de la comptabilité et des droits fiscaux. Ce programme d'étude aborde de plus la taxation, les transactions effectuées à l'international, les étapes de planification des successions ainsi que la fiscalité des sociétés, tout en mettant l'accent sur le développement du sens critique et des capacités d'analyse des apprenants.

Le cours fondamental d'impôt

Par le biais du cours fondamental d'impôt, les personnes développent des connaissances spécifiques à l'administration fiscale, la résolution de problématiques fiscales complexes, la planification fiscale, l'immigration, l'émigration, la fiscalité internationale et aux successions. Lorsque les professionnels comptables terminent cette formation d'une durée de 3 ans, ils sont considérés comme étant spécialisés dans le domaine de l'impôt sur le revenu canadien.

Les secteurs dans lesquels un fiscaliste peut faire carrière

Le secteur des opérations comptables et des déclarations de revenus, la sphère des assurances et de l'immobilier ainsi que le domaine de l'administration publique représentent les trois principaux secteurs d'activité dans lesquels un fiscaliste peut faire carrière.Comme les tâches que revêt le fiscaliste sont amenées à différer d'un secteur à un autre, le salaire de ce dernier connaîtra sans doute, lui aussi, des fluctuations.

Les types de clients potentiels d'un fiscaliste

Le fiscaliste peut travailler pour des entreprises, ou encore pour des particuliers. Selon la nature des sommes gérées par ce professionnel, la commission qu'il reçoit varie. En effet, la gestion de portefeuilles se chiffrant à plusieurs millions de dollars implique une rémunération plus élevée que celle associée à un chiffre d'affaires de quelques dizaines de milliers de dollars.Dans la mesure où il existe des profils de clients de tous les budgets, les réalités financières de chacun ont un impact sur le salaire qu'empochera le fiscaliste responsable du dossier.

Les perspectives d'emploi pour les ressortissants en fiscalité

Actuellement, le taux de placement des fiscalistes intégrant le marché du travail est relativement bon. Pour les prochaines années, il est précisé que les perspectives d'emploi seront acceptables. Comme à l'heure actuelle on dénote une décroissance dans certaines régions de la province, certains postes sont abolis, ce qui diminue les opportunités d'emploi pour les ressortissants fiscalistes. De plus, les avancées dans le domaine du numérique font en sorte que de plus en plus d'opérations comptables sont informatisées et automatisées. Cela a pour conséquence de diminuer grandement les besoins en personnel fiscaliste de l'industrie.Toutefois, en raison du vieillissement de la population, bon nombre de fiscalistes dont les postes resteront ouverts quitteront bientôt le marché du travail. Ces départs imminents vers la retraite engendreront des besoins en main-d'œuvre dans différents secteurs d'activités.Pour terminer, afin de déterminer le plus précisément possible combien gagne un fiscaliste, il faut établir, en premier lieu, son niveau d'expertise. Le bagage de connaissances et les compétences du fiscaliste se définissant, entre autres, par l'expérience professionnelle accumulée et par le parcours de formation qu'il a suivi, ces deux facteurs sont à déterminer. De plus, le type de clients pris en charge et le secteur d'activité dans lequel le fiscaliste oriente sa carrière sont des points ayant un impact quant à la rémunération lui étant attribuée.Pour consulter les offres d'emploi actuelles concernant le métier de fiscaliste, consultez la section Rechercher d'Indeed.Les salaires énoncés reflètent les informations sur la rémunération enregistrées sur Indeed au moment de la rédaction. Ces informations peuvent varier en fonction de l'organisation qui recrute ainsi que de l'expérience, de la formation et du lieu de résidence du candidat.
Partager :
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Adresse courriel
Cet article vous a-t-il été utile?

Découvrir d'autres articles