Présentéisme et absentéisme au travail : tout connaître sur ces deux phénomènes

Mis à jour le 21 septembre 2023

Vous connaissez probablement l'expression « Trop, c’est comme pas assez ». Ce dicton illustre bien les excès en termes de présence au travail. Le fait de s’absenter trop souvent peut devenir rapidement problématique, aucun patron au monde ne vous dira le contraire ! Pourtant, le fait d’être trop présent est également problématique, même si le phénomène est moins reconnu. Ces deux phénomènes, appelés le présentéisme et l’absentéisme, sont à l’extrême opposé l’un de l’autre. Pourtant, les deux peuvent avoir de lourdes conséquences pour une entreprise et doivent être pris au sérieux.
Offres d'emploi associées sur le site Indeed
Postes à temps partiel
Afficher plus d'offres sur Indeed

Qu’est-ce que le présentéisme ?

À la base, le présentéisme se caractérise par une présence exagérée sur son lieu de travail, particulièrement en dehors des horaires normaux. Concrètement, une personne fera des heures supplémentaires, payées ou non, ne prendra pratiquement jamais de pause et ne pensera même pas à prendre des vacances.Le mot peut également signifier d’être présent physiquement au travail, sans pour autant être productif. Un travailleur sera physiquement au bureau, devant son ordinateur, mais son état mental ou physique ne lui permet pas d’être efficace. Cette nouvelle approche du phénomène a été théorisée aux États-Unis et permet de considérer cet excès de présence comme une véritable maladie du travail. Malheureusement, beaucoup de milieux de travail encouragent le présentéisme, volontairement ou non.

Quelles sont ses causes ?

Les causes du présentéisme sont multiples. De nombreux facteurs reliés à l’environnement de travail ou à des raisons personnelles peuvent entrer en ligne de compte. Si vous vous sentez concerné par cette situation, il est important d’identifier la cause du problème afin de le résoudre.
  • La fatigue : vous êtes surchargé au travail, mais cherchez absolument à tout terminer.
  • La démotivation : vous n’êtes pas satisfait de vos conditions de travail, de votre environnement et votre qualité de vie. Petit à petit, vous vous désengagez tout en restant présent physiquement.
  • Le manque de reconnaissance : Vous ne sentez pas valorisé ni reconnu dans votre milieu de travail. Vous faites donc des heures supplémentaires non payées en espérant vous faire remarquer et féliciter par vos supérieurs.
  • La culpabilité : vous pensez au bien-être de l’entreprise avant le vôtre. Travailler est pour vous un devoir. Vous vous sentez coupable si vous vous absentez.
  • Le besoin d’oublier ses problèmes personnels : vous préférez vous réfugier dans votre emploi afin de fuir vos difficultés personnelles.
  • Les problèmes financiers : vous continuez à travailler assidûment, car vous ne pouvez pas vous permettre financièrement d’être en arrêt de travail, même si vous êtes malade physiquement ou mentalement.
  • La compétition : vous ne vous permettez pas de vous absenter ou faites des heures supplémentaires par peur de vous faire devancer par vos collègues.

Quelles sont les différentes formes du présentéisme ?

Le présentéisme peut être divisé en trois types distincts. Tous présentent des caractéristiques particulières.

Le présentéisme contemplatif

Ce type de présentéisme est également appelé « absentéisme moral ». Il consiste à être présent physiquement sur le lieu de travail, sans réellement travailler. Vous êtes présent physiquement, mais vous effectuez des tâches qui n’ont rien à voir avec ce que votre employeur vous a demandé. Ce type de présentéisme peut être à un manque de motivation ou à une maladie mentale ou physique.

Le présentéisme stratégique

Comme son nom l’indique, c’est une stratégie. Ce type de présentéisme est surtout motivé par une volonté excessive de reconnaissance. Vous arrivez avant tout le monde au bureau ou bien ne partez qu’en dernier. Peut-être que vous n’arrivez que quelques minutes plus tôt que votre patron, mais vous le faites pour montrer votre motivation et votre dévouement pour l’entreprise.Vous croyez que de donner l’image de faire des heures plus longues que vos collègues vous donnera un avantage. Il est possible que l’employé n’arrive que quelques minutes avant tout le monde, mais l’effet est le même.

Le surprésentéisme

Ce phénomène consiste à continuer de travailler ou à faire des heures supplémentaires, même en situation de grande fatigue ou de maladie. Vous vous obstinez à vous présenter au travail même si votre état de santé nécessite un arrêt. C’est un type de présentéisme qui peut être particulièrement dangereux, peu importe la cause.

Les effets négatifs de cet excès de présence

À première vue, cet excès de zèle peut être vu comme positif, tant pour l’entreprise que pour l’employé. Pourtant, c’est plutôt le contraire. Le présentéisme peut avoir les mêmes conséquences néfastes que l’absentéisme. Il engendre des coûts directs et indirects ainsi qu’une perte globale de productivité. À vouloir trop en faire, vous vous épuisez et la qualité de votre travail diminue. Une ambiance trop compétitive peut affecter négativement l’image de votre entreprise.Le présentéisme peut également avoir des conséquences néfastes sur votre santé. À force de faire des heures impossibles au bureau, sans jamais vous reposer, vous augmenter vos risques de souffrir d’épuisement professionnel ou de dépression.

Qu’est-ce que l’absentéisme ?

Le phénomène de l’absentéisme se définit comme une absence répétitive ou systématique au travail, alors que la présence est obligatoire. Le taux d’absentéisme est évalué en fonction des causes, de la durée et de la fréquence des absences durant une période prédéfinie. Ce phénomène est de plus en plus répandu. Il apporte aussi son lot d’effets négatifs comme une baisse de productivité, une déstabilisation de l’organisation et des coûts supplémentaires.Si une entreprise constate un fort taux d’absentéisme, elle devra se remettre en question et chercher à comprendre la source du phénomène.

Ses causes

Tout comme pour le présentéisme, les causes de l’absentéisme sont multiples. Il est important de bien les connaître pour arriver à régler le problème et être en mesure de retourner sur votre lieu de travail.
  • De mauvaises conditions de travail : vos conditions de travail sont mauvaises et vous vous découragez rapidement.
  • Des maladies professionnelles : vous souffrez d’une maladie physique ou mentale en lien avec votre travail. Ce peut être de l’épuisement professionnel ou la dépression. Un environnement de travail qui n’est pas ergonomique peut provoquer des maux de dos ou des problèmes chroniques comme des tendinites. Vous ne pouvez pas guérir si vous vous présentez sur votre lieu de travail.
  • Une surcharge de travail : vous avez trop de travail et perdez le contrôle. Vous n’arrivez pas à respecter vos échéances et votre réflexe est de vous absenter.
  • Une mauvaise ambiance de travail : vous ne vous sentez pas à l’aise dans votre environnement de travail parce que la compétition et la rivalité entre collègues sont malsaines. Vous vous sentez stressé et démotivé.

Comment lutter contre ces deux phénomènes ?

Contrairement à l’absentéisme, le présentéisme est un mal invisible difficile à mesurer. Si un employé est absent, le patron ou les collègues s’en rendront compte immédiatement. Le taux d’absentéisme est relativement facile à évaluer et est intégré dans les départements de ressources humaines.Par contre, si vous avez tendance à rester plus longtemps sur votre lieu de travail, il est fort possible que personne ne s’en rende compte. Personne ne s’inquiétera outre mesure que vous soyez toujours devant votre ordinateur avant tout le monde. Mesurer le présentéisme est plus complexe et moins bien ancré dans les pratiques. Pourtant, les deux phénomènes sont tout aussi présents et tout aussi potentiellement dommageables. Heureusement, il existe des méthodes pour les prévenir et lutter contre leur généralisation.

Faites une liste de vos tâches

Comme employé, il vous faut d’abord bien communiquer avec votre organisation pour mieux gérer votre temps. Vous pourriez mettre en place de nouvelles pratiques comme de faire une liste de toutes les choses que vous devez faire dans la journée. Soyez réaliste ! N’écrivez que les tâches possibles à réaliser durant vos heures normales de travail. Si après plusieurs jours vous êtes systématiquement incapable de réaliser toutes vos tâches, parlez-en avec votre employeur. Il est possible que votre charge de travail soit déraisonnable.

Ajustez vos notifications de messagerie

Vous pouvez aussi changer vos préférences de notifications de courriel afin de ne pas en recevoir en dehors des heures de bureau. Vous ne serez pas tenté de faire du travail supplémentaire. Faites-en de même pour toutes vos applications de messagerie que vous utiliser dans le cadre de votre emploi.

Envisagez le télétravail

Si vous aimez votre travail, mais que le trajet pour vous y rendre est long ou que l’ambiance au bureau est désagréable, vous pouvez demander une autorisation de télétravail. Si votre employeur n’est pas très chaud à l’idée, vous pourrez peut-être négocier pour ne faire qu’une partie de vos heures de la maison plutôt que d’y être à temps plein.

Trouvez un équilibre

Vous devez également en finir avec la glorification de l’excès de travail et de l’hyper productivité. Nous vivons dans une société qui valorise le fait d’être toujours fatigué. Pourtant, réussite professionnelle ne signifie pas épuisement ! Il est contre contre-productif de se comparer aux autres. Le plus important est d’être épanoui et heureux. Pour y arriver, il faut trouver un équilibre entre les différentes sphères de sa vie. Votre bien-être est important !
Partager :
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Adresse courriel
Cet article vous a-t-il été utile?

Découvrir d'autres articles