Les formations pour devenir technicien de laboratoire

Mis à jour le 22 août 2023

Il n'existe pas une seule formation pour devenir technicien de laboratoire, sinon plusieurs. Attestation d'études collégiales (AEC), diplôme d'études collégiales (DEC), baccalauréat (BAC) ou DEC-BAC, les programmes sont variés et répondent aux divers besoins des étudiants. Pourquoi autant de programmes d'études pour un même métier? Tout simplement parce que le technicien de laboratoire est une ressource de plus en plus nécessaire pour les organisations. D'un côté, le réseau de la santé, particulièrement en raison de la pandémie, connaît une pénurie de techniciens de laboratoire médical. D'un autre côté, le secteur de la biotechnologie est en pleine croissance. Le Québec est d'ailleurs le 3e pays de l'Amérique du Nord à avoir un important réseau d'entreprises en biotechnologie. Par conséquent, les demandes de techniciens de laboratoire se sont accrues. Voyons en détail chacune des formations offertes.
Offres d'emploi associées sur le site Indeed
Technicien Laboratoire H F offres
Afficher plus d'offres sur Indeed

Technicien de laboratoire médical

Le technicien de laboratoire médical doit suivre un parcours particulier pour se diriger dans cette branche. Voyons ensemble la formation requise pour occuper ce type de poste et les tâches qui sont confiées à ce professionnel.

Métier

Le technicien de laboratoire médical, aussi appelé « technologiste médical », apporte du soutien aux divers professionnels de la santé (personnel infirmier, personnel médical, hématologue, biochimistes, etc.). Son rôle est d'effectuer des prélèvements (sang, urine) sur le corps humain ou à partir de spécimens, de les préparer et de les analyser en s'assurant de la précision et de l'exactitude des résultats. Grâce à son apport, le personnel médical est en mesure de diagnostiquer les maladies des patients.Le technicien de laboratoire médical peut travailler dans les centres hospitaliers, les centres hospitaliers universitaires et instituts universitaires ou encore les centres locaux de services communautaires. Il peut exercer dans l'un des champs d'activités que sont la biochimie, la microbiologie, l'hématologie, l'immunologie, la pathologie et la cytologie. Depuis la pandémie de la COVID-19, le technicien de laboratoire médical est considéré comme une ressource essentielle, puisque c'est lui qui est chargé de procéder aux tests de dépistage sur la population. On comprend mieux la pénurie de main-d'œuvre dans ce secteur d'activité!Finalement, pour pouvoir exercer, le technicien de laboratoire médical doit être inscrit au Tableau de l'Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec (OPTMQ).

Formation

Le technicien de laboratoire médical doit détenir un DEC en Technologies d'analyses biomédicales. Ce programme d'études se donne dans 11 établissements d'enseignement du Québec, soit dans les cégeps de Chicoutimi, de l'Outaouais, de Rimouski, de Saint-Hyacinthe, de Saint-Jean-sur-Richelieu, de Saint-Jérôme, de Sainte-Foy, de Shawinigan, de Sherbrooke ainsi que les collèges de Rosemont et de Dawson.Le programme d'étude débute, en général, à la session d'automne et s'étale sur trois ans. Le nombre d'heures total de la formation est de 2850 et comprend :
  • 2 190 heures allouées à la formation spécifique
  • 420 heures allouées à la formation générale commune à tous les programmes
  • 150 heures allouées à la formation générale propre au programme
  • 90 heures allouées à la formation générale complémentaire
De plus, le technicien de laboratoire doit avoir réussi l'examen de certification de la Société canadienne de science de laboratoire médical (SCSLM). Cet examen se base sur les compétences et l'application pratique des connaissances. La SCSLM a d'ailleurs défini plusieurs catégories de compétences qui correspondent aux capacités de :
  • Exercer sa pratique professionnelle de façon sécuritaire;
  • Collecter des données et manipuler les échantillons conformément aux protocoles établis;
  • Comprendre et suivre les processus analytiques;
  • Interpréter et communiquer les résultats:
  • Assurer la gestion de la qualité;
  • Démontrer un esprit critique;
  • Communiquer et d'interagir avec les autres professionnels;
  • Exercer avec professionnalisme.
Au cours de sa carrière, le technicien de laboratoire peut effectuer plusieurs formations pour parfaire ses connaissances, se mettre à jour ou encore se spécialiser. En étant membre de l'OPTMQ et de la SCSLM, il a accès à une variété de formations et d'informations. De plus, il peut suivre l'AEC en cytogénétique clinique, une formation de perfectionnement, donné au Collège Rosemont, qui dure une année et qui lui permettra de reconnaître les maladies génétiques.

Technicien de laboratoire spécialisé en chimie analytique

Le métier de technicien de laboratoire spécialisé en chimie analytique requiert une formation approfondie de par son caractère plus pointu. Voici en quoi consistent le parcours scolaire et les responsabilités de ce spécialiste.

Métier

Le technicien de laboratoire spécialisé en chimie analytique effectue des analyses sur la composition des produits de consommation ou industriel à des fins d'assurance qualité. Pour cela, il doit être en mesure de prélever des échantillons qui contiennent les produits, de manipuler les appareils spécifiques de laboratoire (par ex. : catalyseurs de laboratoire, microscope, centrifugeuse) pour effectuer les analyses, de traiter les données, de rédiger les rapports et de communiquer les résultats. Le respect des règles de santé et de sécurité est primordial dans ses fonctions.Le technicien de laboratoire peut être amené à travailler dans divers secteurs d'activité tels que :
  • L'industrie agroalimentaire ou le centre d'inspection des aliments;
  • L'industrie pharmaceutique ou cosméceutique;
  • Les services environnementaux;
  • La chimie industrielle;
  • Les mines et la métallurgie;
  • La fabrication de matériau;
  • La pétrochimie.
Compte tenu de la diversité des secteurs, les employeurs sont un peu plus nombreux que ceux du technicien de laboratoire médical. Ainsi, parmi ces employeurs potentiels, il y a les industries chimiques, du plastique, des cosmétiques, pharmaceutiques, les centres de recherches, les collèges et commission scolaires, universités, les gouvernements du Canada et du Québec.Le technicien de laboratoire peut adhérer à l'Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ), s'il le souhaite. Ce n'est pas une obligation, mais cela lui confère beaucoup d'avantages.

Formation

Deux principaux parcours scolaires s'offrent au technicien de laboratoire spécialisé en chimie analytique, soit le DEC en technologie de laboratoire (chimie analytique), soit le DEC-BAC en chimie. Le DEC en technologie de laboratoire est d'une durée de trois ans. Le nombre total d'heures de formation est de 2 655, dont 1 995 consacrées aux cours spécifiques. Au Québec, six établissements scolaires offrent ce programme d'étude, soit les cégeps de Jonquière, de Lévis, de Shawinigan et de Valleyfield et les collèges d’Ahuntsic et Dawson. Certains proposent même le programme en alternance travail-études. La technique est assez complète pour pouvoir assumer les responsabilités du métier. Toutefois, les étudiants peuvent poursuivre leurs études à l'université en chimie, biochimie, etc.Le DEC-BAC en chimie est une option tout aussi intéressante. En cinq ans au lieu de six, les étudiants peuvent obtenir le DEC et le BAC. Cela est possible grâce aux ententes qui existent entre les cégeps et les universités du Québec. À titre d'exemple, l'Université Laval détient une entente avec les cégeps de Jonquière, de Lévis, de Shawinigan et de Valleyfield.Le technicien de laboratoire en chimie analytique peut se perfectionner au fil du temps grâce à des formations au niveau collégial (par ex. : AEC en gestion environnementale) ou au niveau universitaire (par ex. : certificat en analyse chimique).
Obtenez votre flux d'offres d'emploi personnalisé sur Indeed
Découvrez avant tout le monde les nouvelles offres d'emploi dans votre région.

Technicien de laboratoire spécialisé en biotechnologie

Ce technicien de laboratoire doit également suivre une formation particulière pour pouvoir afficher son titre de spécialiste en biotechnologie. Voyons en quoi consiste son travail.

Métier

Le technicien de laboratoire spécialisé en biotechnologie effectue, quant à lui, des analyses chimiques, biochimiques, microbiologiques, biomoléculaires, immunologiques, toxicologiques et écotoxicologiques sur des composés organiques (par ex. : les vitamines) ou des organismes vivants (par ex. : les cellules animales et végétales). Tout comme les autres profils de technicien de laboratoire, il doit agir dans le respect des normes et des mesures de sécurité.Le technicien de laboratoire spécialisé en biotechnologie travaille en étroite collaboration avec les biotechnologistes, les biochimistes, les chimistes, les microbiologistes, les immunologistes ou les virologistes, dans les secteurs suivants :
  • Les industries agroalimentaires et agrochimiques
  • Les industries biomédicales et biotechnologiques
  • Les industries cosméceutiques et pharmaceutiques
  • Les laboratoires privés et publics
  • Les centres de recherche privés et publics
  • Les entreprises de recherche en biotechnologies
  • Les grossistes et distributeurs de produits chimiques
  • Les collèges, universités et commissions scolaires
  • Les forces armées canadiennes
  • Les gouvernements du Canada et du Québec
Il peut, lui aussi, être membre de l'OTPQ, s'il le désire. En plus des nombreux avantages, cela lui permettra d'accéder à certains postes-clés dans l'organisation.

Formation

Le technicien de laboratoire spécialisé en biotechnologie peut acquérir les compétences techniques et les connaissances nécessaires au métier en suivant l'une des formations suivantes : le DEC, le DEC-BAC ou l'AEC.Le DEC en Techniques de laboratoire – biotechnologies est aussi d'une durée de trois ans et comprend 2 715 heures de cours, dont 2 055 consacrées aux cours spécifiques. Le programme se donne aux cégeps de l'Outaouais, de Lévis, de Shawinigan, de Sherbrooke et de Saint-Hyacinthe et au Collège Ahuntsic.Plusieurs DEC-BAC mènent au métier de technicien de laboratoire. Cela permet à l'étudiant de se spécialiser dans un domaine. Ainsi, il est possible de faire un DEC-BAC en agronomie, en biochimie, en biologie moléculaire et cellulaire, en biologie, en chimie, en microbiologie et en sciences et technologie des aliments. Ces programmes sont très accessibles sur l'ensemble du territoire du Québec.Enfin, pour répondre à une forte demande de techniciens de laboratoire en biotechnologie, le Cégep Ahuntsic a mis en place l'AEC en biotechnologie. Il s'agit d'une formation accélérée de 12 mois, particulièrement destinée aux adultes avec un bagage ou non dans le domaine. Les personnes qui participent à ce programme sont jumelées à une entreprise et reçoivent une rémunération en conséquence. Un stage de quatre semaines est prévu à la fin de la formation.En conclusion, les perspectives d'emploi pour les personnes qui ont suivi une formation de technicien de laboratoire sont très bonnes, surtout pour le milieu médical et le milieu de la biotechnologie. Les techniciens peuvent s'attendre à un salaire convenable, voire très intéressant dans certains domaines, ainsi que des avantages sociaux alléchants.À lire également : Comment devenir exterminateur au Québec?
Partager :
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Adresse courriel
Cet article vous a-t-il été utile?

Découvrir d'autres articles