Presque deux ans et demi après le début de la pandémie, les Canadiens ont commencé à retourner travailler au bureau. Il s’agit d’un changement majeur de la manière dont nous travaillons depuis les dernières années. À titre de référence, en 2016, seulement 4 % des Canadiens ont travaillé à distance. En 2021, ce chiffre était à 30 %. Dans certains secteurs, comme les finances, les services professionnels et l’assurance, plus de 70 % travaillaient à distance.

Il y a de nombreuses opinions sur les meilleures options pour les employeurs, que ce soit d’être entièrement au bureau ou à distance ou en mode hybride. Les données fournissent des renseignements intéressants pour les employeurs afin de les aider à avoir une meilleure compréhension de la question avant de prendre une décision sur les nouveaux protocoles.

Les avantages du travail à distance

Le travail à distance présente plusieurs avantages pour les employeurs. En effet, les employés souhaitent travailler de la maison et cela peut accroître leur productivité.

La plupart des Canadiens veulent travailler de la maison

Au Canada, huit personnes sur dix* affirment qu’ils préfèrent travailler de la maison. Bien qu’il soit impossible pour 80 % de la main-d’œuvre canadienne d’être complètement à distance, les employeurs ont plusieurs options pour répondre aux besoins des chercheurs d’emploi en faisant des compromis.

Les employés affirment qu’ils sont plus productifs à la maison

90 % des répondants* déclarent qu’ils sont plus productifs à la maison. 58 % affirment qu’ils le sont tout autant et 32 % qu’ils sont plus productifs au bureau.

De plus, les employeurs sont d’accord. Plus de trois gestionnaires sur cinq ont constaté une augmentation de la productivité chez les employés qui travaillaient à domicile. À la lumière de ces résultats, les employeurs doivent comprendre les possibilités de croissance.

Les défis du travail à distance

Cependant, le travail à distance n’est pas tout rose. Il présente des défis qui peuvent freiner l’innovation et la collaboration. Le principal inconvénient du travail à distance ou en mode hybride est lié à l’entretien des relations de travail et au travail d’équipe.

Manque d’appartenance et d’identité sociale

La communauté donne un sentiment d’accomplissement, de lien et d’appartenance. C’est ce qui donne aux gens un sentiment de bonheur et de détermination.

Effets sur la santé et le bien-être

Se rassembler dans un espace partagé, comme le bureau, réduit la fatigue technologique et améliore la santé physique et émotionnelle.

Conséquences sur le rendement et la performance

Les interactions améliorent la performance cognitive. De plus, par « l’effet d’entraînement », il a été démontré que les expériences de groupe positives peuvent nous donner de l’énergie.

Impact sur le perfectionnement, l'apprentissage et les relations

Nous sommes mieux concentrés lorsque nous pouvons voir, entendre et expérimenter dans l’immédiat, ce qui peut avoir des répercussions positives sur votre visibilité et votre carrière.

Le fait de se rassembler au bureau contribue au capital social, en plus de permettre aux employés de se faire remarquer par les gestionnaires. Cette visibilité peut avoir une influence sur la reconnaissance, les promotions, etc.

Qu’est-ce que les employés veulent?

Parmi les répondants, la grande majorité préfère travailler en mode hybride, c’est-à-dire d’alterner entre le travail au bureau et à distance. En fait, 75 % des Canadiens* ont constaté une amélioration de la conciliation travail-famille en alternant entre le bureau et la maison.

Le travail à distance présente aussi des résultats tangibles et monétaires. En effet, les employés économisent en moyenne 11 000 $ par année et quatre heures par jour* en limitant leurs déplacements. Ainsi, les gens ont plus de temps avec leurs proches et à consacrer à leur vie en dehors du travail.

Le travail hybride est là pour de bon, en plus de surclasser les options à distance

Les résultats le démontrent : les employés aiment interagir avec leurs collègues, mais ils ne veulent pas devoir se faufiler dans le trafic cinq jours par semaine. 55 % des employés* veulent un mode de travail hybride. Les employeurs ont donc la priorité pour leurs lignes directrices sur le travail à distance.

Que faire si le travail hybride n’est pas une option pour les employeurs? Les employés dans les commerces de détail, par exemple, ne peuvent pas travailler de la maison si leur travail se fait dans un commerce traditionnel. Au lieu de se concentrer sur ce qui n’est pas possible, les employeurs doivent mettre l’accent sur ce qu’ils peuvent contrôler : notamment, les relations de travail, qui sont d’ailleurs de plus en plus tendues depuis la pandémie.

Presque toutes les relations, y compris les relations de travail entre les gestionnaires et les employés, ont été repoussées à leurs limites*. Pour prospérer dans un avenir incertain, il faut définir une vision claire de ces relations essentielles et prendre des mesures concrètes pour les renforcer et les solidifier. De plus, il est important de former les gestionnaires sur l’importance de faire preuve d’empathie, c’est-à-dire sur la meilleure façon de soutenir leurs équipes face aux défis professionnels et personnels.

Faire preuve de flexibilité est également essentiel, même si c’est différent d’une entreprise à l’autre ou d’un employé à l’autre. En fonction de votre lieu de travail et de votre secteur d’activité, cela peut signifier, par exemple, de ne plus exiger à vos employés de commencer ou de terminer à des heures précises. Pour d’autres, la solution peut être une semaine de travail comprimé, donc de travailler dix heures par jour pendant quatre jours. De même, d’autres organisations peuvent offrir des congés réguliers, comme tous les premiers vendredis du mois, ou flexibles, donc que les gens peuvent prendre pour des engagements personnels de dernière minute. 

Créer un environnement de travail hybride

Faire preuve de flexibilité et d’empathie est essentiel pour non seulement prospérer après la pandémie, mais aussi créer un environnement de travail hybride. La confiance entre les travailleurs et les gestionnaires est également un autre élément important. Plusieurs gestionnaires ont toujours une mentalité de gestion pré-pandémie, mais les attitudes des travailleurs ont évolué. Cette situation peut causer des tensions entre les superviseurs et les employés, mais les gestionnaires qui sont prêts à admettre leurs erreurs peuvent établir un lien plus solide avec leur équipe.

La planification intentionnelle est essentielle pour créer un environnement de travail hybride. Vous ne pouvez pas simplement demander à vos employés de se rendre au bureau pour ensuite tenir des réunions virtuelles toute la journée. Il est essentiel de planifier quand et pourquoi les employés doivent se déplacer.

Bien que de simples changements comme ne plus exiger aux employés de commencer ou de terminer à des heures précises semble une petite amélioration, elle peut faire toute la différence pour votre équipe. Cette flexibilité permet de répondre aux besoins constants des employés en matière d’horaire comme aller porter ou chercher leurs enfants à l’école.

Il n’y a pas d’approche universelle

Chaque secteur et chaque entreprise devra interroger ses propres équipes pour déterminer l’option la plus logique pour elle puisqu’il n’y a pas de solution universelle. Ainsi, les employeurs doivent écouter leurs employés, comprendre leurs besoins et mettre en place des mesures raisonnables pour assurer leur bien-être alors que nous entrons dans une nouvelle ère de travail.

* Article(s) en anglais